Pour une approche de sa culture d'origine

Connaître ses origines peut être, pour ceux qui en ont envie, un pas de plus vers la connaissance de soi

 

En effet, nous avons tous grandi ici, en France, Suisse, Belgique…Bref nous avons une culture européenne, mais beaucoup d'adoptés, à un moment ou à un autre de leur vie, ont envie de savoir d'où ils viennent, connaître leurs racines.

 

Et cela n'a rien à voir avec le type d'éducation que nous avons reçu ici en France ou ailleurs. C'est tout simplement un processus naturel qui peut survenir chez les adoptés à n'importe quel âge. L'intérêt pour son pays peut se manifester très jeune, comme très tard, ou dès fois à des périodes particulières de la vie (mort d'un proche, maternité, paternité, rupture avec la famille adoptive, …), comme il ne peut jamais se manifester. Il est bon de rappeler que dans cette éventualité, il faudra toujours respecter le désir de l'adopté : Ne pas lui faire barrage s'il en a envie mais aussi ne pas le forcer s'il n'en a pas envie.

De toute manière, si l'intérêt est là, c'est qu'il est là pour quelque chose, ce serait aller contre la nature que de l'en empêcher.

 

A vous parents, surtout ne culpabilisez jamais si votre enfant manifeste ce désir de savoir. Respectez-le au contraire et aidez-le. Il ne vous en sera que reconnaissant de partager avec lui ce côté intime de sa personne, cette partie « cachée qui dormait en lui depuis des années » comme j'aime le dire. Partagez avec lui...mai je dirais, ne soyez pas trop présent non plus. Il faut trouver une juste mesure. Certains ont besoin de vivre cela seul, c'est compréhensif aussi: c'est justement tellement intime et personnel.

 

Sachez aussi que pour certains adoptés, s'intéresser à son pays et à sa culture d'origine n'aboutira pas forcément sur une quête de sa famille biologique, bien que souvent, l'un suive l'autre. Cela peut tout simplement être un moyen de se connaître davantage lui même, découvrir sa deuxième identité.

 

D'autres commencent à s'intéresser à leur culture d'origine en même temps que de rechercher leurs familles.

 

Certains, iront d'abord chercher à connaître le pays et sa culture avant de se lancer dans une recherche familiale.

 

Enfin d'autres encore souhaiteront connaître la famille sans prendre le soin de s'intéresser à leur pays avant. Peut être est ce l'alternative la plus « dangereuse »... Je dis cela car combien d'adoptés se retrouvent frustrés de ne pouvoir communiquer avec leur famille quand ils l'ont retrouvée car ils ne connaissent pas la langue du pays… ? On ne retrouve pas sa famille pour être encore plus mal ensuite mais avant tout pour être apaisé, plus léger. Donc c'est vrai que je conseillerai toujours de s'intéresser un minimum à la culture de son pays d'origine si l'on est dans une optique de recherche familiale.

 

Tous les cas sont possible, mais il faut toujours se rappeler que « rechercher sa famille » ou « vouloir connaître sa culture d'origine, d'où on vient » est naturel chez un adopté. Rien n'est remis en cause, et certainement pas l'amour et le respect qu'il peut avoir pour ses parents adoptifs ou encore son pays d'accueil. Pour beaucoup d'entre nous, cette quête est essentielle à notre bien être. Sans le savoir au début nous nous lançons, puis, souvent, c'est quand nous sommes plus à l'aise avec notre « partie cachée » que nous nous rendons compte à quel point cela nous manquait.

 

Notre association se veut respectueuse de tous les pays qui seront représentés ici et de toutes les différences. Nous sommes là avant tout pour aider ceux qui souhaitent se rapprocher de leur culture mais aussi pour écouter ceux qui ne le souhaitent pas, et les comprendre.

 

En tant qu'adoptés, nous savons à quel point il est aussi souvent important de se retrouver avec des adoptés de même origine. Bien sûr l'adoption est déjà entre nous un énorme point commun et les échanges que nous pouvons avoir sur ce thème sont multiples et promettent d'être enrichissants pour chacun. Cependant, à l'intérieur même de notre association, nous souhaiterions permettre aux adhérents de pouvoir aussi se retrouver entre adoptés du même pays.

 

 

 



23/09/2005
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi