Compte-rendu du 5ème débat: 03 juin 2006

Compte-rendu débat du samedi 03 juin: Construction de l'identité à travers la recherche de ses parents biologiques

Bonjour à toutes et à tous!
Le cinquième groupe de parole organisé par l'association a eu lieu le Samedi 03 juin au Café de l'Ecole des Parents à Paris sur le thème de: la recherche des parents biologiques.

Il y avait 12 participants dont 4 adoptées adultes, une psychologue, des parents adoptifs ou en cours de procédure d'adoption. Comme depuis le mois de février, ce débat était animé par Cécile Février, psychologue de l'association et adoptée de Colombie.

Il est apparu au cours du débat que le désir de connaître ses parents biologiques ou tout simplement de se poser des questions sur l'adoption pouvait apparaître très tôt, dès l'enfance. Cependant, ses premiers questionnements ne sont parfois pas bien entendus par l'entourage (famille et/ou amis) qui ont pu alors avoir des phrases comme "bah, t'as la chance d'avoir une famille qui t'aime alors pourquoi te questionner sur ton passé?" Nous pensons ici au livre, désormais référence, de Barbara Monestier dont le titre est "dis merci, tu ne connais pas ta chance d'avoir été adopté". Or, il apparaît que l'adoption se situe entre 2 personnes donc qu'elle se construit en 2 sens: les parents qui adoptent un enfant né d'autres parents ET l'enfant qui adopte ses parents adoptifs, cette nouvelle famille qui lui est donné. Il ya un don de famille ET un don d'enfant.

Au moment où l'adopté commence réellement sa démarche de recherche de parents biologiques, il bouleverse son environnement familial qui peut lui dire "tu me fais mal si tu fais ça". On voit apparaître ici la peur des parents adoptifs de perdre leur enfant ou qu'il (re)trouve une autre mère, ce qui fait naître chez l'adopté un certain sentiment de culpabilité. Or, les adoptées présentes et ayant retrouvées leur mère biologique affirment que le fait d'avoir retrouver cette mère a finalement renforcé leur amour pour leur parents adoptifs.

Au niveau des démarches de recherche, l'adopté peut de heurter à de nombreux obstacles car son dossier d'adoption ne sera pas forcément accessible (refus des parents, de l'administration, de l'orphelinat...) et il contiendra plus ou moins des informations (nom, adresse...), en fait tout est variable.
De plus, une fois que l'adopté a identifé et situé géographiquement ses parents biologiques, il se trouve confronté au risque que ceux-ci ne veuillent pas le rencontrer d'où le risque d'un sentiment de "2ème abandon". Dans le cas où la rencontre est possible, ce moment est particulièrement chargé en émotion et la réaction des uns peut être différente de celle des autres (pleurs, froideur...): Que ressentir face à une personne dont on est l'enfant biologique et qui est pourtant une étrangère pour nous?

Finalement, il est apparu que la démarche de recherche de parents biologiques se passe en différentes étapes et qu'il faudrait peut-être penser à des accompagnements avant, pendant et après la rencontre avec ses parents car cela crée de grands bouleversements (interne et familial) et que rien ne sera plus jamais comme avant. Il est important de préciser que tous les adoptés ont insisté sur le fait que le désir de retrouver leur famille biologique ne s'est pas fait contre leur parents adpoptifs mais AVEC eux!!

Je tiens à remercier toutes les personnes présentes à ce débat ainsi que toutes celles qui ont participé aux différents débats depuis le mois de février.
Les débats "sont en vacances" et reprendront en octobre 2006.

N'hésitez pas à me contacter pour plus d'information ou pour vous inscrire: cecile.fevrier@gmail.com













15/06/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi