Aujourd'hui en 2005

Voilà comment en 1980, un des nombreux trafics d'enfants qui existent au Pérou, s'est mis en place. Ils ont réussi de cette manière à dérober 24 enfants à leurs parents d'origine. La démarche était toujours la même : réussir à se mettre en contact avec des femmes seules, abandonnées, analphabètes si possible et enceintes. Par un troublant jeux de manipulation psychologique, ils arrivaient à gagner leur confiance au point qu'elles confiaient leurs bébés ou leurs enfant dans les mains de ses odieux personnages sans le moindre doute quant à leur bonne foi.

Puis, c'est en voulant les récupérer qu'elles se rendaient compte qu'elles avaient été trahies. Mais il était trop tard. Les enfants avaient été adoptés de manière complètement légale (car elles avaient signé un acte d'abandon qu'elles croyaient être des autorisations d'entrée dans la pouponnière pour leur enfant) à l'étranger.

 

Suite aux nombreuses plaintes des mères ou des parents biologiques contre la même famille de trafiquant, la police a décidé de mener une enquête. En novembre 1981, la famille a été inquiétée et en mai 1982, la mère a été écrouée. En juin 1982, les autres membres de la famille la rejoignent (la mari et les deux filles). Ils y resteront jusqu'en juin 1984, mois et année de leur procès. Celui ci a duré quelques semaines, avant que les juges, devant les témoignages accablants et les preuves accumulées contre eux, décident de les condamner à 25 ans de prison ferme. Leur sortie était prévue pour 2007. En outre, il était prévu qu'ils paient des indemnités de dommages et intérêts aux parents naturels de ces enfants vu que le rapatriement demandé avait été refusé par des pédopsychiatres et des psychologues.

 

J'ai appris par la suite qu'ils étaient sortis en 1986, pour faute de preuve ! Jamais rien n'a été versé aux familles et même ma propre mère biologique ne savait pas qu'ils étaient dehors jusqu'à ce que je la rencontre en 2004.

 

Quant on connaît la place de la corruption au Pérou, on ne s'étonne pas de savoir cela. Au Pérou, comme dans la plupart des pays pauvres, si tu paies, tu peux avoir ce que tu veux. La preuve, je voulais me procurer le jugement des trafiquants au tribunal de Lima. J'y suis allée accompagnée de ma mère. Arrivées devant le tribunal, nous avons tout de suite été prises en charge par un monsieur qui disait y travailler. Nous lui avons expliqué ce qu'on voulait. Moyennant une certaine somme (dérisoire), nous avons obtenu ce que nous voulions.

 

Sachant que ces personnes ont gagné avec ce trafic des milliers de dollars, je ne m'étonne pas de les savoir dehors. Mais au fond, je sais qu'il s'agit là d'une grande injustice et qu'ils n'ont jamais payé pour tout le mal qu'ils ont fait.

 

En 2005 malheureusement, les trafics d'enfants pullulent sur la planète. Et beaucoup de futurs parents adoptifs ne le savent pas. Pourtant, dans ces pays pauvres où beaucoup d'enfants sont abandonnés, l'adoption internationale est un vrai "commerce" où l'on a compris que l'on pouvait gagner de l'argent, face à des couples en mal d'enfant, et prêts à payer des sommes faramineuses pour revenir chez eux avec un petit enfant. Oui mais voilà….Dans les pays d'origine, certains sont prêts à tout pour vous obtenir ce que vous désirez, car ils savent que l'argent rentrera. Ils vont chercher partout, parfois même où il n'y a pas d'enfant abandonné !

 

Tout ceci est un savant mélange de circonstances qui fait que les trafics se mettent facilement en place. Des mères désespérées qui cherchent une aide, et j'ai bien dit une aide, pas qu'on leur enlève leurs enfants, des conditions de vie très pauvres, un niveau d'éducation plus que bas, où l'analphabétisme est chose courante, de l'autre côté des personnes qui font du « commerce », qui face à une grande demande, cherchent à tout prix à la satisfaire, et ce, par n'importe quel moyen…quitte à mentir pour mieux voler.

Et enfin en bout de chaîne, des parents plein de bonne volonté, naïfs, fatigués souvent d'attendre un enfant depuis des années, prêts à lui donner tout leur amour. Ces personnes là ne sont souvent plus en mesure d'ouvrir parfaitement les yeux, d'être supers vigilants. On ne peut leur en vouloir, car quand ça fait 3, 4, 5 ….ans que vous attendez un p'tit bout'chou, comment être à 100% sur ses gardes ??!! Et cela les trafiquants le savent bien aussi, ils savent en profiter. Tous les ingrédients sont réunis pour naissent et perdurent les trafics d'enfant dans l'adoption international.

 

Ce que nous pouvons faire aujourd'hui à notre niveau, c'est au moins de la prévention, à défaut de pouvoir en faire plus, plus tard.

Notre but est de vous mettre en garde. Nous savons que ce n'est pas facile mais c'est essentiel pour réduire les chances de vivre une histoire comme la mienne.

Oh, au fond personnellement je ne m'en plains pas, car j'ai eu ici beaucoup de chance, celle d'avoir été élevé par des gens formidables qui resteront toujours mes parents. Mais c'est vrai que j'ai aussi beaucoup de peine pour ma maman d'origine qui a tant souffert et pour toutes ces mères qui ont perdu leurs enfants et n'ont pas encore cette chance de les avoir retrouvé. Elles ont droit à leur dignité, pourquoi aujourd'hui la loi n'a pas prévu quelque chose pour des cas comme celui là ? Pourquoi, 25 ans après, tant de mères pleurent encore leurs enfant tous les jours, en implorant le ciel de savoir au moins ce qu'ils sont devenus ? Quelqu'un a déjà essayé de se mettre à leurs place ?

 

Elles ont payé toutes leurs vies ce moment de faiblesse psychologique, cette mauvaise passe par laquelle elles passaient, la confiance qu'elles ont eu en ces gens qui avaient promis de les aider.

 

Alors surtout faîtes attention, ouvrez les yeux. Ne prenez rien comme acquis. Je sais qu'un acte d'abandon est assez parlant et plutôt rassurant, mais regardez le toujours en vous disant : « est ce que la mère sait qu'elle a signé cet acte ?? » C'est sûre qu'elle sait qu'elle a sûrement signé quelque chose, mais est ce bien cet acte d'abandon ?

 

Rien n'est jamais sûr malheureusement, ce qui rend l'adoption je pense encore plus difficile quand on sait, quand on a intégré, qu'autant de trafics d'enfants existaient sur notre planète. Espérons que dans le futur des moyens soient mis en place pour réduire les doutes que l'on a aujourd'hui, des moyens par lesquels la mère d'origine interviendrait davantage (je pense notamment à ces rencontres entre parents adoptifs et naturels qui sont je pense un bon moyen de se rassurer).

 

Je ne voudrais pas noircir l'image de l'adoption. Car la majorité des cas sont cependant issus de réels abandons. L'adoption reste une formidable alternative pour des enfants que l'on a abandonné, une formidable chance afin d'avoir une vie meilleure entourée de personnes qui sont prêtes à vous aimer comme si vous étiez leur propre enfant.

 

Soyez vigilant est le seul conseil que je puisse aujourd'hui vous donner.

 

La parole d'une adoptée issue d'un trafic.



23/09/2005
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi